Jour 7 | Arrivée à l'île de Sable - Les chevaux sauvages m'inspirent !

Je suis enfin arrivée ! Les chevaux sauvages m'inspirent ! Le voyage entre le bateau et l’île de Sable se fera en pneumatique, en Zodiac. De gros bateaux sécuritaires qui logent environ 10 personnes. 

 

 

 

Quel plaisir de se préparer pour l’embarquement lorsque l’on sait que dans quelques minutes, nous allons être sur l’Île. De grands sourires et de grands yeux plein d’émerveillement m’entourent. 

 

 

 Je suis  excitée à l’idée de marcher sur le sable de ce lieu mythique et unique qui est un de mes rêves depuis plusieurs années.

 

Je vois maintenant l’île au loin. Wow ! Quelle vue! un étendu de sable au loin, c’est un désert dans l’Atlantique, c’est du jamais vu.
 

Des dunes immenses et des plages à perte de vue. Je vais réaliser mon rêve.

 

Ah !! J’ai soudainement envie de me baigner! Cette eau turquoise et limpide, la chaleur du soleil, comme dans les caraïbes mais je me suis vite dissuadée car on m’explique que les berges étaient très dangereuses autant à cause des fortes vagues que de l’eau infestée de requins.  Dix-huit espèces de requins vivent dans la région du plateau néo-écossais. Il est actuellement interdit de se baigner à l’île de Sable. 

Ah bon ! J’aurai tant aimé....

 

 

Voilà, nous y sommes,  enfin. Les responsables de l’expédition nous accueillent. Ils aideront à sortir du Zodiac. Ils sont heureux car eux-aussi se sentent privilégiés de se retrouver au bout du Canada, sur cette île indomptée depuis des siècles. La descente du pneumatique se fait en douceur sur le rivage, les vagues sont douces. C’est un charme ce matin. Dire que l'on me disait que les berges étaient dangereuses.

 

RÉFLEXION | Quel joie d’être témoin de cette unicité, quel dépaysement. Ici, on ressent la vraie force de la nature. Le vent qui siffle dans mes oreilles, des étendus de sables blanc, les vagues qui fracassent le sable, le bleu pétant d’un ciel sans nuages et le vert de la végétation luxuriante. Il fait chaud et il fait beau. Ici, Il n’y a rien d’exploité, absolument rien. Je suis maintenant convaincue que cette expérience sera pour moi un nouveau début dans ma vie. Que cette expérience avec les chevaux sauvages, les plus retirés du continent, sera celle qui changera à tout jamais ma vision de la vie et ma façon de transmettre mon œuvre et mon message à travers mon pinceau.

 

Je débute donc ma recherche des chevaux sauvages. Marchant dans le sable blanc, je monte les dunes pour me retrouver à l’intérieur. Il faut dire que ce n’est pas large, environ un km de large et 45 km de long, c’est une petite île en forme de croissant elle me fait penser à un sourire dans l’océan.

 

Quelques pas encore et… voilà, ça y est, je vois mon premier groupe de chevaux. Les juments, les poulains et l’étalon; Ils sont calmes. Ils se laissent dorer au soleil.

  

Mes premiers chevaux 

 Moi avec les chevaux 

Petite maman avec ses poulains.

  La famille de chevaux sauvages

 

  

 

 Vidéo 1 des chevaux de l’île de Sable 

 

 

RÉFLEXION | Je crois que mes petits anges avaient prévus le coup, ils voulaient m’émerveiller dès le début de mon périple pour me convaincre que c’était LE voyage que je devais faire dans ma vie de peintre et pour guérir mon cœur qui en a bien vécu depuis ces dernières années. Ils ont bien raison, j’étais destinée à cette île et à la faire connaître. Elle ne doit plus rester cachée. 

 

Ils sont toujours la ! 

 

 

 

J'étais là, à contempler le moindre geste, le moindre mouvement me faisait appuyer sur la gâchette de ma caméra, clic, clic, clic ! On entendait que mes clics; Plusieurs prises, des centaines en deux minutes, comme si les chevaux allaient s’enfuirent en me laissant seule. Je ne peux décrire ce sentiment puissant que lorsque pendant des années, tu peins des centaines d’œuvres de chevaux domestiqués et que tu te retrouve au sein d’une bande de chevaux libres, totalement sauvages....ET c’est un endroit inexploité dans un monde trop exploité. C’est la force de la nature.
 

Réflexion | J'ai travaillé tellement fort pour que cela se réalise. Lorsque l'on suit ses rêves, il faut être convaincu et déterminé. Organiser ce voyage, m'ajouter des partenaires pour aider à la réalisation de ce projet, créer des liens avec les instances sur place et l'équipe d'exploration m'a demandé beaucoup de temps, C'est le processus qui est merveilleux. Je crois sincèrement que si tu fait les efforts nécessaires et prends les bonnes décisions, tout est permis. 

 

Je me suis dirigée avec la spécialiste de Parc Canada, Julie, vers des dunes qui se trouvaient un peu plus loin. Julie est la nouvelle scientifique responsable de l’île de Sable sur place. Elle devra demeurer sur l’île pendant trois mois, prendre quelques semaines et revenir pour un autre trois mois. 

 

Quelle chanceuse, après quelques heures de marche, je suis tombée sur une petite famille. Wow ! 

 

Tout en respectant la distance permise afin de protéger leur environnement, j’ai pris de superbes clichés et plusieurs séquences de films pendant tout le temps que j’y étais. Ces chevaux m’inspireront pour plusieurs œuvres; c’est gravé dans mon cœur. Cette beauté naturelle de la famille. C’était magique de voir l’étalon protéger ses poulains et ses juments. (Oui ! oui ! l'étalon a plusieurs juments qu'il protège amoureusement). 

 

Le temps s’est arrêté, je vous le dit, il s’est vraiment arrêté.

 

Je continu à prendre des clichés avec mes deux caméras et ma GO Pro accrochés à mon cou et cela m’enivre. Je ne me soucis gère si les photos sont belles à ce moment, ce qui me concerne c'est de vivre l’instant présent. Pour moi c’est d’immortaliser ce moment magique dans mon cœur et d'en profiter au maximum.  
 

 

La petite famille 

 

 

RÉFLEXION | Il m’a fallu pas mal de temps pour apprendre comment photographier des sujets. Je suis qu’une débutante ne connaissant pas le détail de mes appareils. Toutefois, PAR BONHEUR, J’ai eu la chance d’avoir rencontré une personne qui m’a préparé à venir photographier les chevaux sauvages ici à l'île de Sable et il m’a grandement simplifié le tout. Monsieur André Sarrazin, photographe pour l'insectarium de Montréal m'a permis d'avoir confiance en mes capacités. Sur place, je ne me sens pas nerveuse du tout, Merci André pour ta grande générosité et ta passion pour la photographie !

 

Tout en gardant les distances permises, je décide de laisser mon sac à dos sur le sol pour être plus à l’aise dans mes mouvements. J’y laisse donc mon trépied et mon sac avec mes caméras et décide de ne garder qu’une caméra.


Tout à coup, trois chevaux curieux décident de venir à ma rencontre. Curieux de voir le sac déposé à quelques mètres de moi. Je me retrouve donc avec ces chevaux sauvages à quelques mètres de moi. Bonheur, ne pouvant plus bouger, j’attends pour reprendre mon sac posé à terre, je prend des photos quand tout à coup, je me retrouve avec d’autres chevaux qui décident de venir encore plus près de moi, par l’arrière. Oups! Je dois m’éloigner pour respecter la limite d’approche permise de Parc Canada, (que je considère très juste); Mais comment faire ? Ils sont tous là, autour de moi, plus je m’éloigne plus ils viennent à moi.
Je reste donc calme et sans bouger car c'est des chevaux sauvages, quand-même. Après quelques minutes, Ils sentent mon sac, l’un d’eux me regarde droit dans les yeux, comme pour me dire que j'avais pris la meilleure décisions de ma vie que de venir leur dire bonjour chez-eux. Ensuite, il s'en retourna.  
Quelle première expérience !

 

 Ici, prêt d’un creux dans le sable, c’est magique ! les chevaux semblent savoir pourquoi je suis là. Ils me regardent et font les beaux devant moi, la jument croise mon regard, je n’ai pas du tout peur. Il ne faut jamais oublier que ce sont des chevaux sauvages. Elle semble pacifique et elle est plutôt curieuse de me voir. Cela ne leur arrive presque jamais de rencontrer des gens sur l’île, alors ils ne sont pas influencés par nous.

 

Cette journée sera la plus belle ....Je remercie la vie.Ces chevaux resteront à jamais gravés dans mon cœur. 

 

Oeuvre de moi-même d'un cheval esseulé- L'étalon esseulé de l'Ile de Sable  

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload