Juillet 2017- Une peintre québécoise fera un voyage inédit d’inspiration à l’Île de Sable.

Partant d’un besoin intime d’être en symbiose avec la liberté et l’unicité, Renée DesJardins, peintre québécoise, artiste d’émotion, amoureuse de la nature et des chevaux, ira à la rencontre des chevaux les plus retirés du continent, presque inaccessibles autant par terre que par mer.

Les chevaux sauvages de l’île de Sable.

LE VOYAGE | POURQUOI ?

La conquête de cette île perdue au sein de l’Atlantique sera pour cette artiste un périple inédit et rêvé. Elle comprendra après les avoir rencontrés, ce qu’est la pure beauté sauvage. Elle y prendra des clichés et vidéos afin de s’inspirer et de faire connaître ces magnifiques chevaux lors d'une exposition future. Elle y passera des jours auprès d’eux, en les regardant brouter, jouer, galoper.

Presque qu’inaccessible, cette île, comme un croissant de lune perdue au large d’Halifax, paisible et balayée par le vent, ne se laisse pas facilement apprivoisée. Territoire protégé, cette réserve de parc national de l'Île-de-Sable regroupe plus de 400 chevaux complètement retirés du monde contemporain. C’est à la conquête de cette île mystique que se dirige cette artiste en soif de vérité afin de faire connaître ce joyau de l’humanité. Ensuite, elle créera, tel le poète, avec son âme et sa sensibilité, des œuvres qui nous toucheront droit au cœur. C’est à travers ce processus inédit que vous découvrirez l’essence de la création de cette artiste. Elle réalisera des œuvres picturales de l’île-de-Sable selon sa propre perception et sa vision d'artiste.

Ce voyage, au profit des plus beaux chevaux du monde, pourra être suivi en direct sur le blogue de son site internet www.reneedesjardins.com et sur sa page Facebook.

Si le réseau Wifi le permet, des capsules vidéos en simultanées seront déposées en ligne sur la chaîne YouTube lors de son voyage qui se tiendra du 2 au 15 juillet 2017.

Le voyage sera réalisé en collaboration avec la compagnie Adventure Canada; Spécialistes en expédition nordique.



ÎLE-DE-SABLE | LOCALISATION

L'île de Sable est une petite île canadienne située à 290 km au sud-est des côtes de la Nouvelle-Écosse dans l'océan Atlantique, En forme de croissant de sable long de 42 km et large d’environ 1 km elle émerge d'une vaste zone de haut et de bas-fonds sablonneux.

Sa situation géographique en fait une partie du Canada difficile à rejoindre autant par la terre que la mer.

Située dans la zone de rencontre entre les courants du Gulf Stream et du Labrador, l'île est exposée à des brumes épaisses et des tempêtes violentes. Les bateaux s'y sont souvent égarés et ensablés sur ses côtes, qui sont le sommet d'un erg sous-marin. Plus de 350 navires s’y sont échoués en raison de la mer agitée, du brouillard et des barres de sable submergées qui entourent l’île, ce qui a valu à cette dernière le surnom de « cimetière de l’Atlantique »

ÎLE DE SABLE | CLIMAT

L'île de Sable bénéficie d'un climat tempéré mais, pendant les mois d'hiver, elle jouit des températures parmi les plus chaudes au Canada grâce à l'influence modératrice du Gulf Stream. Son isolement dans l'Atlantique du Nord-Ouest l'expose souvent à des vents extrêmement violents. Il se trouve souvent des brouillards opaques dans la région : les observations ont relevé dans le cours d'une année 127 jours avec au moins une heure de brouillard.


ÎLE DE SABLE | FAUNE ET FLORE


CHEVAUX SAUVAGES

Les chevaux sauvages se sont multipliés depuis leur introduction vraisemblablement vers 1738. Oscillant entre 400 et 500 individus. L’origine n’est pas complètement connue. Une théorie courante explique qu'il s'agit de descendants de chevaux confisqués aux acadiens lors de leur expulsion et abandonnés sur l'île par Thomas Hancock, un marchand de Boston. Selon Joseph Charles Taché, il s'agit plutôt de chevaux provenant d'une première tentative de colonisation menée vers 1540.

PHOQUES GRIS

L'île de Sable accueille la plus importante colonie de phoques gris au monde. Selon les estimations ils seraient plus de 50,000 chaque année.




OISEAUX MIGRATEURS

Halte routière pour de nombreux oiseaux migrateurs, plus de 350 espèces ont été identifiées. Certains oiseaux se retrouvent communément sur la terre ferme mais nombreux sont ceux qui errent très loin de leur habitat normal. Il a été confirmé que seize espèces nichent dans l'île au printemps et en été.

FLORE

Les éricacées dominent à l'intérieur de l'île tandis que les plantes halophiles telles que l'arenaria et l'ammophile colonisent les marges de l'île. Plus de 190 espèces ont été répertoriées et une vingtaine d'entre-elles sont relativement rares en dehors de l'île.

La faune et la flore distincte de l'île de Sable de même que sa topographie étonnante sont le résultat d'une dynamique géologique et écologique unique et fascinante.

Les dunes de l'île de Sable

Les dunes sont ponctuées d'étangs d'eau douce que l'on retrouve en plus grand nombre du côté ouest. Un système de dunes centrales donne à l'île son relief. Les dunes sont ponctuées d'étangs d'eau douce que l'on retrouve en plus grand nombre du côté ouest. Aux extrémités est et à l'ouest, l'île se termine par deux flèches d'une longueur de deux à six kilomètres. Occupant les deux tiers de l'axe central de l'île, les dunes médianes représentent l'un des systèmes de dunes les plus importants de l'Est du Canada.

L'ÎLE DE-SABLE | HISTOIRE


En 1505, L'île apparaît sur les cartes sous le nom de « Santa Cruz ». Son nom actuel apparaît en 1546 quand le cartographe portugais Johannes Freire la nomme « I. do Sable ». Le nom descriptif proviendrait d'un français. Bien que la version «Sandy Island» ait existé dans les très vieilles cartes, le nom de l'île est maintenant connu sous le nom de « Sable Island».

La première expédition documentée fut effectuée par l'explorateur portugais João Álvares Fagundes qui parcourut la zone en 1520-1521. Une tentative de colonisation par la France à l'initiative de Troilus de Mesgouez à la fin du xvie siècle a échoué. Le 15 janvier 1634, la Compagnie de la Nouvelle-France concède l’île à Claude de Launay-Razilly, qui la vendit avec ses autres concessions acadiennes à Charles de Menou d'Aulnay. Un premier phare fut construit dans les années 1790 par le gouvernement britannique et l'équipe chargée de sa maintenance constitua les premiers habitants permanents de l'île. Au début du xxe siècle, la compagnie Marconi y établit une station de télégraphie sans fil et le gouvernement canadien une station météorologique. Cette station météo est justifiée par le fait que l'île n'est pas très éloignée des grandes routes maritimes entre Londres et Boston et reste exposée à des conditions météo délicates, en plus d'être entourée de hauts fonds.

Jusqu'au début du xxie siècle, l'île possédait deux phares, l'un à l'ouest, l'autre à l'est, et abritait les familles des gardiens respectifs, ainsi que l'équipe d'un poste de secours. Les phares sont désormais automatiques, mais les services des ministères d'Environnement Canada et de Pêches et Océans Canada effectuent des mesures météorologiques et atmosphériques dans une station occupée en permanence, du fait de la situation unique de l'île de Sable.



La constitution du Canada précise que l'île est sous la responsabilité du gouvernement fédéral. L'île est administrativement une partie de la municipalité régionale et du district électoral d'Halifax, bien qu'Halifax soit distante de 290 km. Afin de préserver l'écologie fragile de l'île, l'autorisation spécifique de la Garde côtière canadienne est nécessaire pour y débarquer. Les forces armées canadiennes patrouillent en continu la zone, en partie à cause de la présence de gaz naturel et donc de plate-forme pétrolières et d'un gazoduc sous-marin. L'héliport de l'île peut servir de base d'urgence pour d'éventuelles opérations de secours en mer.

L’île de Sable n’a cessé de susciter l’intérêt du gouvernement et de l’industrie, qui y ont mené toutes sortes d’opérations. Au début des années 1890, on construisit la première station météorologique. Celle-ci fut agrandie par la suite pour devenir la «station principale».

Dans les années soixante, l’industrie pétrolière voua un intérêt particulier à l’île de Sable. Mentionnons, jusqu’à neuf puits ont été percés dans l’île.

En 2011, la signature de L'accord transforme l'île en réserve de parc national entre la Nouvelle -Écosse et le gouvernement fédéral canadien.

Pour obtenir plus d'informations consulter le lien suivant : Parcs Canada

Référence : Parc Canada

#IledeSablechevauxsauvages #peintredechevauxsauvages #art #RenéeDesjardis #AdventureCanada #DamienLidgardphotographe #chevaux #SableIsland #Parcscanada #îledeSable